Thrillers Gujan-Mestras

Place du Pointon

Port de Larros

33470 GUJAN-MESTRAS

© 2015 Thrillers à Gujan-Mestras

LOISON Laurent

 

https://www.laurent-loison.com/

 

 

 

 

 

BIOGRAPHIE :

 

Né dans le Val d’Oise en 1968, l’auteur grandit dans les traditions paysannes fondées sur le travail et la famille. Sa carrière éclectique fait de lui un homme aimant profondément la vie et ses ressources inépuisables.

Créateur à tout juste 25 ans de ce qui sera le leader de la traduction technique en France – A.R.T international – il quitte ses responsabilités en 2005 pour découvrir le Grand Ouest Américain.

De retour en France, il se consacre avec son épouse à une société de services à la personne, et à son agence immobilière, mais réserve une grande part de son temps à l’écriture, sa passion de toujours, rédigeant ainsi plusieurs ouvrages qu’il garde pour ses proches.


BIBLIOGRAPHIE :

 

Cyanure, Hugo Thriller, 2017

 

Charade, Nouvelles Plumes, 2015

 

 

QUESTIONS :

 

Un livre ? Sans hésitation : « Les Misérables »

Un film ou une série ? Question hard : le film sans vouloir faire l’intello « Citizen Kane ». Tout y a été inventé.

Une série ? House of cards. Malgré la polémique sur l’acteur principal. Le cynisme de cette série est tel qu’elle n’a peu d’égal à mes yeux.

Un auteur ? Hugo.

Pourquoi écrivez-vous ? L’écriture est  un mode de transmission du plaisir pour moi. L’idée de faire frémir, rire ou pleurer un parfait inconnu est orgasmique. Alors j’écris pour cela et pour m’isoler aussi un peu, beaucoup passionnément.


 


 


 

UN ROMAN :

Florent Bargamon, le super flic du Quai des Orfèvres, sa compagne et collègue Emmanuelle de Quezac, EDQ, et le capitaine Loïc Gerbaud sont de retour après leurs aventures mouvementées à la poursuite du tueur de Charade. Et ce ne va pas être pour une promenade de santé puisque cette affaire débute par l’assassinat d’un ministre de la République par un tireur d’élite comme il en existe peu en ce bas-monde. Un type capable de dégommer d’une seule balle, enduite de cyanure, un politicien, hyper protégé, à 1200 mètres de sa position, ça ne court pas les rues. Le ministre de l’intérieur se trouvant être le parrain d’EDQ, l’équipe de Bargamon hérite du dossier et commence à chercher l’aiguille dans la meule de foin, si possible sans y foutre le feu, les médias sont déjà assez excités comme ça sans en rajouter. Mais Bargamon ne sait pas vraiment faire dans la dentelle et la discrétion, la hiérarchie va avoir des aigreurs d’estomac rapidement et il ne va rien faire pour les calmer, bien au contraire.

Aidés par une de ses connaissances, ancien légionnaire, sniper lui-même, le commissaire et son groupe vont passer au tamis le moindre renseignement, fouiller tout ce qui peut ressembler à un début de piste sous la pression des plus hautes sphères de l’état. Bref, le big pataquès qui conduit inévitablement à des embrouilles grandes tailles pour les flics qui doivent gérer leur travail et les états d’âme des hauts fonctionnaires les serinant du matin au soir. Surtout que le ministre n’est pas la seule victime, et que le tueur s’attaque aussi bien au grand banditisme qu’à des petites vieilles sans histoire, apparemment, avec des modes opératoires, faisant tous appel à une grande précision, mais divers. Pas simple, donc.

Laurent Loison va faire ainsi monter la tension tout au long de son roman, sans pause, faisant franchir un à un les cercles de l’enfer à son lecteur éberlué. Bargamon, au caractère pour le moins difficile, est tantôt encensé, tantôt mis à pied, ses prises de position et ses décisions tranchées et sans discussion amenant des réactions en retour tout aussi violentes. Le champ d’investigation est large, l’équipe va être dispersée et multiplier ainsi les possibilités d’erreurs, de mauvaises communications ou de manipulations par un assassin qui semble être partout à la fois et possède toujours un coup d’avance sur les enquêteurs comme dans tout bon roman du genre.

L’histoire fourmille de détails, l’auteur est hyper précis dans ses descriptions et chaque chapitre s’ouvre sur une citation censée mettre le lecteur sur une piste, elles sont toutes relatives à la notion de jugement et l’on comprend vite que ce sera le thème du récit. En attendant, ce que Barga, Loïc et EDQ découvrent les met sur la piste d’un tueur sachant utiliser en professionnel toutes les ficelles des nouvelles technologies ne laissant que guère de traces sur la darkweb. Ce qui ne l’empêche pas de semer quelques énigmes sous forme d’images ou de messages sibyllins adressés au Président de la République lui-même, Clarrk, qui surfe sur le succès depuis son accession au pouvoir. Barga pressent qu’il sera à un moment ou un autre impliqué et les données de l’enquête vont en être chamboulées. Seulement, personne ne le croit, il est considéré comme un excellent flic, le meilleur, mais là, il va un peu loin. Il faut dire que le flic d’exception lutte contre son addiction à la vodka et que son humeur s’en ressent ainsi que son attitude envers ses chefs, même la protection du ministre de l’intérieur va être mise à rude épreuve.

Le commissaire et ses collègues vont prendre tous les risques, jusqu’à oser défier, en tentant de le piéger, celui qui les manipule et les balade depuis le début. L’enquête monte constamment en intensité dramatique, chaque piste, chaque indice, chaque énigme apporte son lot d’indices mais le temps presse, les têtes risquent de tomber au prochain assassinat, surtout s’il s’agit du plus haut personnage de l’État. L’atmosphère devient de plus en plus étouffante et tragique.

Une construction magistrale et une maîtrise du suspense parfaite, Laurent Loison tient son lecteur de bout en bout et ne le lâche pas, même une fois la dernière ligne lue puisque le final est tout à fait singulier. Accrochez-vous, c’est le dénouement le plus étonnant que j’ai vu dans un bouquin. Une trouvaille tout à fait surprenante et il ne faut pas compter sur moi pour vous en révéler davantage, ce serait réellement dommage.

Ce thriller, hyper balisé, est fait pour que vous vous y perdiez avant de vous indiquer peu à peu la lumière qui vous aidera à en sortir, par contre, il va falloir vous mouiller un peu pour en extraire l’ultime vérité...

Publié par Psycho-Pat le 15/10/2017