GILBERT GALLERNE

Né le 2 avril 1954, Gilbert Gallerne a commencé à écrire très tôt.

La science-fiction tout d’abord, puis le fantastique, qui se teinte vite d’horreur, sont ses domaines de prédilection avec la publication d’un premier recueil en 1985 : « Créatures des ténèbres » sous le pseudonyme de Gilles Bergal, bientôt suivi d’un gros roman d’horreur : « Magie noire ».

Divers romans paraîtront au Fleuve Noir, dans les collections Gore et Anticipation notamment.


Puis il change d’orientation et se met à écrire des thrillers policiers qu’il signe de son véritable patronyme.

Thrillers pour lesquels le savoir-faire acquis lors de ses « années d’horreur » sera mis fortement à contribution.

Le premier, « Teddy est revenu » remporte un franc succès dès sa parution, succès qui ne s’est jamais démenti depuis lors.
Suivront d’autres thrillers chez Flammarion, Belfond, et repris par France-Loisirs, jusqu’à la publication chez Fayard d’un thriller intitulé « Au pays des ombres », qui reçoit le Prix du Quai des Orfèvres 2010.


Fort de ce succès, Gilbert Gallerne fait une brève incursion dans le domaine de la production audiovisuelle, mais, vite lassé de devoir présenter des projets qui n’aboutissent pas, il décide de revenir à l’écriture de romans.


C’est ainsi qu’il publie « La mort pour vengeance » aux éditions France-Loisirs, et « Gore story », aux éditions Trash, roman pour lequel il ressuscite Gilles Bergal, disparu depuis 25 ans.
Quelque chose nous dit que Bergal, ombre fantastique de Gallerne,

est revenu pour rester.

Lequel des deux signera le prochain roman ? Réponse dans quelques mois.

DERNIERES PARUTIONS :

"Au pays des ombres" (Fayard, prix du Quai des Orfèvres 2010) :

«… Il prend un an de prison, sort la semaine dernière et fonce se faire tuer devant chez moi. Que venait-il me dire… au pays des ombres?»

L’ombre d’une disparue…
L’ombre d’une jeune fille en pleurs…
L’ombre de l’alcool qui embrume sa vie…
Et l’Autre, tapi dans l’ombre, et qui a juré sa perte…

Pour se sortir du pays des ombres, Vincent Brémont surmontera-t-il toutes les épreuves, pour affronter la vérité en pleine lumière?

"La mort pour vengeance" (France-Loisirs, 2015)

réédité sous le titre "Fondus enchaînés" (Objectif Noir, 2015) :

En plein festival de Cannes, Agnès, ex-flic désormais responsable de la sécurité d’un hôtel, a la désagréable surprise de voir se présenter à la réception Laurent Martel. Condamné dans le cadre d’une affaire d’enlèvement d’enfant, il a été blanchi après cinq ans de prison mais Agnès reste persuadée de sa culpabilité. Aussi, quand le fils d’un célèbre acteur américain est kidnappé, n’a-t-elle aucun doute sur l’identité du responsable..