Thrillers Gujan-Mestras

Place du Pointon

Port de Larros

33470 GUJAN-MESTRAS

© 2015 Thrillers à Gujan-Mestras

SOUNAC Frédéric

 

 

 

 

BIOGRAPHIE :

 

Frédéric Sounac est professeur de littérature à l'Université Toulouse-II Le Mirail et également musicien. 
Après l'ENS et le Conservatoire de Paris, où il obtient le premier prix d'histoire de la musique, il enseigne dans de nombreuses villes à travers la France, ainsi qu'au Canada. Ses domaines de spécialité sont le romantisme allemand, les liens entre littérature et musique, ainsi que la littérature policière.
Il collabore régulièrement avec des institutions musicales (Orchestre de Paris, Chapelle musicale Reine Elisabeth) et des artistes tels que Maria João Pires, Jérôme Granjon, le Trio Art d'Echos, Laurent Cabasso... Il est l'auteur de plusieurs spectacles de théâtre musical, Le Cercle de Kreisler, Saisons d'homme, Lettres embrassées et surtout L'Hypothèse Mozart, interprété sur plusieurs scènes nationales. Il est également l'auteur d'un roman, Agnus regni, paru en 2009 chez Délit Editions, et d'un essai Modèle musical et composition romanesque: genèse et visages d'une utopie esthétique (Classiques Garnier, 2014). 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Tue-Tête, Pierre-Guillaume de Roux Editions, 2017

Une saison à Belgais / autour de Maria Joao Pires, AEDAM Musicae, 2015


 

QUESTIONS :


 

Un livre ? Moby-Dick

Un film ou une série ? Les Damnés de Luchino Visconti

Un auteur ? Thomas Mann

Pourquoi écrivez-vous ? Je suppose que c'est pour vivre plusieurs vies simultanément, tout en acceptant, du coup, de sacrifier une partie de ma vie sociale, tant l'écriture est une activité de longue haleine, solitaire, d'une certaine manière impartageable... Il me semble qu'on écrit pour s'offrir à soi-même un champ d'expression que la vie nous refuse (à moins bien sûr d'avoir un destin exceptionnel) ou ne nous accorde que trop fugitivement. Je crois qu'il y a un secret, plus ou moins grave et conscient, derrière chaque écrivain, un secret qui jaillit de manière déformée et symbolique, ironique parfois et qui du coup perd sa nature privée, subjective, pour devenir universel. Potentiellement universel bien sûr, car chaque texte "invente" ensuite quelque sorte son lecteur d'une manière qui échappe presque entièrement à l'auteur, et c'est bien ainsi! 

 

 

UN ROMAN :  


 

 

2369: l’Europe est réduite à un réseau plus ou moins fédéré de noyaux urbains reliés entre eux par des voies hypersécurisées, son territoire recouvert d’une Friche saturée de pollution létale hantée par des parias. Un mal mystérieux attaque les cordes vocales des hommes, retardé plus ou moins par les drogues que trafiquent des maffias toutes puissantes, ou des implants hightech intégrant des traducteurs multilingues automatiques – clin d’œil à une SF cyberpunk à laquelle le livre semble étranger par ailleurs. 

Dans ce monde en proie aux affres d’une fin annoncée, Ida, jeune femme flic rompue aux techniques de combat, mène l’enquête sur d’étranges cas de combustion spontanée. Empruntant à l’anticipation et au thriller, le roman, par l’intrication de ses sous-textes, nous parle aussi d’autre chose, du sexe, de la mort, de la beauté. 

 

Une écriture travaillée, au baroquisme parfois précieux incrusté de trivialités, une narration distancée, des dialogues tirant vers l’opéra parlé, et des têtes de chapitre qui déroulent dans une demi-douzaine de langues la violence ou les obscénités des tags de la rue ou des lieux d’aisance, c’est à un somptueux naufrage que l’auteur nous invite, en compagnie d’Ida, d’un ténor surnommé Tue-Tête, du majordome d’un palace hors du temps, et de son frère-sœur transgenre qu’elle retrouve au cours de l’enquête. 

 

 

Fable héroï-comique sur les pouvoirs du bel canto, ce livre est le deuxième roman d’un universitaire toulousain féru de littérature et de musique. 

 

 

Tue-tête  - Frédéric Sounac – Éditions Pierre-Guillaume de Roux – 427 pages – 24€ - ****

François Rahier – Sud-Ouest-dimanche – 12 novembre 2017